9882 lectures - Commentaires verrouillés - Influenceurs - Article - Suggestions - Auteur
 
Code HTML à insérer sur votre site Version imprimable Première proposition publiée : Influenceurs.net Proposition précédente : L'ultime chance pour la France Retour au sommaire Proposition suivante : L'Avez vous ? Dernière proposition publiée : La Maçonne est ma sœur Recommandation par courriel de cette bannière

Note : 3.2/5 (53 notes)

Liens identifiés par Technorati [^]
Recommander par courriel - S'abonner [^]
Mots-clés : , , , , , , , , , , , , , ,

À l’approche des élections présidentielles et législatives, nombre de citoyens parmi les plus engagés dans la défense des droits de l’homme et de l’écologie continue d’interpeler les candidats et candidates sur la nécessité d’inscrire dans le débat public les questions de la solidarité internationale. Relayant l’initiative du centre de recherche pour l’information et le développement (CRID), plusieurs mouvements associatifs se mobilisent pour rapprocher cette volonté de solidarité internationale des principaux enjeux socio-politiques nationaux. Ces associations mènent campagne autour de deux thématiques prioritaires et sept thèmes transversaux :

survie-logo

  • Migrations
  • Environnement, développement durable, politique énergétique
  • France-Afrique
  • Dette
  • Paix et conflits
  • Paradis fiscaux
  • Commerce équitable
  • Responsabilité sociale des entreprises (RSE) et droits de l’Homme au travail
  • Droit international et réforme des Nations unies

Plus de quarante ans après les indépendances, le bilan de la politique de la France en Afrique, tant au plan économique, politique que militaire, est contesté par ses bénéficiaires supposés. A part quelques expériences positives (notamment certaines réalisations dans le domaine de la coopération technique) et bien qu’ayant fait l’objet de réformes institutionnelles, cette politique n’a pas toujours servi les objectifs de développement, de soutien à la démocratie et à la paix, affichés parfois ostensiblement. Décidées dans l’opacité, sans contrôle parlementaire et citoyen, les interventions de l’État français en Afrique (financées par les contribuables) ont surtout servi les intérêts, parfois contradictoires, de minorités économiques ou politiques, en France comme en Afrique (les « réseaux de la Françafrique »). Du fait de son manque de cohérence et de transparence, il apparaît aujourd’hui nécessaire de refonder cette politique sur des bases plus conformes aux aspirations des populations africaines et des citoyens français.

(lire l’article sur le site de Survie)

Tags : Françafrique

Propositions sur des thématiques similaires

Autres suggestions des votants