5471 lectures - Commentaires verrouillés - Influenceurs - Article - Suggestions - Auteur
 Modifier
Code HTML à insérer sur votre site Version imprimable Première proposition publiée : Influenceurs.net Proposition précédente : Le Grand Jeu de l'Eté des Produits Laitiers Retour au sommaire Proposition suivante : La blogosphère politique et citoyenne d'Eure et Loir Dernière proposition publiée : La Maçonne est ma sœur Recommandation par courriel de cette bannière

Note : 2.9/5 (73 notes)

Liens identifiés par Technorati [^]
Recommander par courriel - S'abonner [^]

Depuis la guerre du Vietnam, les Etats-Unis n'ont de cesse de revisiter leur histoire. Au cinéma, c'est une manie tout autant qu'une manne industrielle qui donne pléthore de films expiatoires : souvent héroiques et moralistes, porteurs d'un esprit pionnier mais archaique et obsolète depuis bien longtemps. But de la manoeuvre : exorciser ce qui peut l'être et façonner l'inconscient collectif cowboy à l'image d'une Amérique idéale et rêvée. La sortie de Vol 93 le 12 juillet dernier traduit bien ce penchant. Illustration, en vidéo.

5 ans après le 11 septembre, les américains regardent en face, au sens propre du terme, et pour la première fois, le traumatisme subi et refoulé. Bien sur, les personnages tout comme les personnes qui les ont inspiré sont d'une certaine manière héroiques, signes d'une Amérique débout et unie sur le mode "United they stand", United 93. Mais on sait tous qu'ils ont échoué et le film rabâche cette blessure sans espoir du sol étoilé. Une première pour Hollywood qui, pour une fois et autre nouveauté, évite la surcharge de pathos lacrymogène et, en l'occurrence, la caricature islamophobe.

Ceci dit, la sortie simultanée du dernier opus de la Saga Superman laisse à penser que l'Amérique ne peut, dans le même temps, penser ses blessures sans les panser. Les monter et les montrer sans les sauver. Superman est donc revenu. Mais pour quoi faire ? Sauver le monde ou simplement l'Amérique post 11 septembre ? Sans doute un peu des deux, tant Clark Kent prend des allures messianiques lorsqu'il surplombe, attristé et hagard, les bras en croix, les couches atmosphériques de la planète bleue. Ou lorsqu'il ressuscite, pour ainsi dire, à la fin du film.

Pourtant, on ne peut s'empêcher de voir la nationale et traditionnelle préférence du nouveau continent pour lui même. Cette manie, encore, qui consiste à vouloir la rédemption à tout prix. Car si Superman est bel et bien revenu, n'est-ce pas avant tout pour poser en douceur un avion de ligne en perdition dans le ciel américain ?

Illustration 24 images par seconde, avec ce montage alterné en forme de Superman 9/11.

6Mic Le Blog

Mots-clés : ,

Propositions sur des thématiques similaires

Modifier